Criminologue du parquet jeunesse

criminologue de parquet  

Nom du service : Criminologue de parquet

Statut : SPF justice

Pouvoir subsidiant : Ministère de la Justice

Nom du service : Criminologue de parquet

Statut : SPF justice

Adresse : Place Charles Bergh, 1 - 6840 Neufchâteau

Téléphone - GSM : 061/275.330

Bénéficiaires :

Les mineurs

Zones d'intervention :

Arrondissement judiciaire de Neufchâteau

Missions spécifiques en termes de décrochage :

Les missions du criminologue sont de deux ordres, l'un est structurel, l'autre relève du traitement des dossiers individuels.

 

1. Tâches structurelles


Selon la circulaire 8/2007 du Collège des Procureurs Généraux, le criminologue, afin de satisfaire aux tâches structurelles inhérentes à sa fonction, doit « établir des contacts avec les différents acteurs concernés au plan local (services relevant des communautés, police locale, ...) ». Ce travail de réseau et cette connaissance du rôle et des limites d'intervention de chacun permettra au criminologue de donner une orientation adéquate aux dossiers individuels.

De plus, le criminologue, de par sa fonction d'intervenant concerné par la problématique de l'absentéisme scolaire, peut se positionner en tant que personne de contact auprès des établissements scolaires ou tout autre acteur/service. Ceux-ci peuvent dès lors se tourner vers lui afin de solutionner les difficultés rencontrées dans le cadre scolaire (absentéisme, délinquance, soupçons de maltraitance,...).

 

2. Traitement des dossiers individuels

 

Toujours selon ladite circulaire, « les criminologues assisteront les magistrats dans le traitement des dossiers individuels, dans le respect des compétences des services des communautés ».

Le procureur du Roi peut soumettre au criminologue un dossier individuel en vue de son traitement. Le criminologue apporte une plus-value à l'examen du dossier, de par ses connaissances du réseau et de sa vision pluridisciplinaire de la problématique.

Dans la pratique, le criminologue, en tant qu'intervenant de deuxième ligne, se doit de vérifier l'intervention effective des services de première ligne. Si cette intervention s'est révélée infructueuse, le criminologue étudie alors le dossier et rend un avis au Procureur du Roi quant aux suites à apporter à celui-ci.

Le criminologue peut être amené à rencontrer le mineur et ses représentants légaux s'il l'estime opportun ou si le Procureur lui en fait la demande. Cet entretien permet de :

- rappeler les dispositions légales relatives à l'obligation scolaire ;

- amorcer avec le jeune une réflexion quant au positionnement du mineur et de ses parents eu égard à la situation d'absentéisme ;

- contextualiser la problématique (bilan du parcours scolaire, vie familiale, initiatives éventuelles du jeune et/ou de ses parents, loisirs, fréquentations, etc.) ;

- informer le jeune et ses parents de l'existence du SAJ, des CPMS et des autres services de première ligne.

Les informations recueillies sont consignées dans un rapport accompagné d'une proposition d'orientation émise par le criminologue, à destination du Procureur du Roi, seul maître de la décision finale.